architecture

ET SI, DANS 10 ANS, NOUS VIVIONS DANS DES TOURS EN BOIS ET MANGIONS DES FRUITS ET LÉGUMES PRODUITS SUR NOS BALCONS ?

Avec la tendance bio et l’envie de consommer toujours plus sain et plus frais, les toits des grandes métropoles voient pousser des fermes urbaines, gérées par des professionnels et même des particuliers. On y trouve des fruits, des légumes, en petite quantité certes mais sans aucun artifice.

Au Maroc, nous avons la chance d’avoir des terres fertiles et des agriculteurs passionnés qui nous offrent des légumes frais tout au long de l’année. Mais, malgré tout, pesticides et autres conservateurs sont de rigueur pour une production de masse. Exit donc le légume bio !

La tendance des fermes urbaines qui s’invitent sur nos toits est une véritable alternative aux mutations de la société. Elle permet également de purifier l’air pollué des métropoles et d’offrir aux citadins une consommation qualitative de proximité.

Facile à installer, plusieurs solutions s’offrent aux particuliers. En Europe, on trouve des bacs en bois prêt à l’emploi pour une terrasse ou une large fenêtre. Au Maroc, il suffit de faire appel à nos nombreux et talentueux artisans ! La marque Phillips se lance aussi avec une gamme d’ampoules LED spécialement conçue pour l’agriculture urbaine. Un éclairage artificiel pensé pour les exploitations agricoles urbaines et les cultures verticales.

Les fermes urbaines se veulent donc être une tendance qui a le vent en poupe à l’initiative d’architectes audacieux et que l’on aimerait voir pousser dans nos villes marocaines.

« LA CONSTRUCTION C’EST POUR FAIRE TENIR, L’ARCHITECTURE C’EST POUR ÉMOUVOIR », LE CORBUSIER.

Plan de masse du projet.

Lassés par le fonctionnalisme austère, impersonnel et sans saveur des projets résidentiels du siècle dernier, nous nous sommes rebellés ! Moi, en premier, notre équipe tout entière a suivi.

Construire, faire tenir, nous savions faire… Mais nous avions soif d’émotions, de courbes et d’harmonie.

Nous avons, dès lors, fait le pari de transgresser les codes pour redonner un coup d’éclat à un univers souvent trop linéaire et prévisible.

Dans le cas des Tours Végétales, il ne suffisait pas de remplacer quelques droites par des courbes et de les pétrir avec sensibilité, ni encore de planter des arbres sur des bâtiments pour les mettre à l’heure de l’écologie. Non.

Il nous a fallu innover, rêver et réaliser des courbes qui se jouent de la lumière, trouver des matières tout en dentelle, qui s’adressent aux sens, et créer des espaces plus proches de l’intime.

Nous voulions séduire, non pas de manière arrogante et ostentatoire, mais avec subtilité et élégance, à travers une œuvre authentique, porteuse des valeurs féminines de notre marque.

Les Tours Végétales sont tout en douceur et en convivialité, bordées de pavillons tout en force et en caractère, le tout assemblé avec une grande pureté esthétique.

Le dessin est rigoureux, les lignes pures et l’exécution fiable. Un travail d’orfèvre, qui s’est esquissé avec passion et avec patience. Leur architecture est, d’une certaine manière, associée à une émotion très personnelle, celle qui a forgé l’identité même de Yasmine Signature. Quel que soit le regard qui sera porté sur elle, quelles que soient les émotions qu’elle suscitera, l’essentiel est qu’elle ne laissera pas indifférent.

Je vous invite à venir voir et à nous nourrir de votre regard.

Hind SEBBANI
Architecte en devenir

HOMMAGE À ZAHA HADID

Dans un monde ultra-dominé par les hommes, une femme, Zaha Hadid, s’est illustrée comme l’une des architectes les plus douées de sa génération.

Nous rendons hommage à cette incroyable artiste, disparue en 2016, à l’âge de 66 ans.

Zaha Hadid est née à Bagdad. Elle déménage ensuite au Liban, puis à Londres, où elle étudie l’architecture et fonde, en 1980, sa propre agence. Ses nombreux projets, sa virtuosité architecturale et sa renommée mondiale feront d’elle la première femme, et première musulmane, à avoir reçu, en 2004, le prix Pritzker, la plus prestigieuse récompense existante en architecture.
Zaha Hadid se distingue de ses pairs par un style fait d’entrelacs de lignes tendues, de courbes, d’angles aigus et de plans superposés qui donnent à ses créations un aspect à la fois complexe et léger.

Son mentor, Rem Koolhaas, dira d’elle qu’elle est une « Planète à l’inimitable orbite », ou encore que « ce qu’il y a d’unique dans son œuvre, c’est la combinaison d’une énergie énorme et d’une infinie délicatesse. »

En 2016, le monde a perdu une grande architecte, mais il peut toujours se consoler en se disant que si la femme n’est plus, elle laisse au monde de superbes créations, des œuvres qui resteront présentes pour témoigner de son immense talent.

HABITER ENTRE CIEL ET TERRE

En ce début de XXIème siècle, l’urbanisme de la ville blanche est en pleine mutation et va transformer son visage, à l’horizon 2020. Les urbanistes qui ont la responsabilité de “penser la ville à 50 ans ” ont, pour gérer la pression démographique, pris le parti d’encourager les constructions de bâtiments de grande hauteur, afin de libérer de l’espace au sol. Cela permettra surtout de réaliser des parcs, des places publiques, des lieux d’animation et de loisir.

et urbanisme vertical pousse les architectes à penser la ville et la vie en hauteur, et à s’interroger sur la manière dont des familles pourront vivre, éduquer leurs enfants et recevoir des amis en altitude. Vivre au 16ème étage va devenir de plus en plus courant à Casablanca. Le défi des architectes est de réussir le pari d’offrir du confort à des résidents qui vont passer une grande partie de leur temps, perchés à plus de 50 mètres du sol.

D’un point de vue purement esthétique et architectural, les tours sont de belles pièces urbaines. Qu’elles soient longues et vitrées, ou rondes et fleuries, elles sont considérées comme des symboles de modernité et fascinent ceux qui passent à leur pied ou les aperçoivent de loin.

Kawtar ALI FDAL
Ambassadrice YS

À UNE ÉPOQUE PAS SI LOINTAINE, LES TOURS LES PLUS HAUTES ÉTAIENT RÉSERVÉES AUX BUREAUX ET AUX HÔTELS. À CASABLANCA, LES TWIN EN ÉTAIENT LE PARFAIT EXEMPLE. À NOUVEAU SIÈCLE, NOUVELLES TENDANCES…

En ce début de XXIème siècle, l’urbanisme de la ville blanche est en pleine mutation et va transformer son visage, à l’horizon 2020. Les urbanistes qui ont la responsabilité de “penser la ville à 50 ans ” ont, pour gérer la pression démographique, pris le parti d’encourager les constructions de bâtiments de grande hauteur, afin de libérer de l’espace au sol. Cela permettra surtout de réaliser des parcs, des places publiques, des lieux d’animation et de loisir.

et urbanisme vertical pousse les architectes à penser la ville et la vie en hauteur, et à s’interroger sur la manière dont des familles pourront vivre, éduquer leurs enfants et recevoir des amis en altitude. Vivre au 16ème étage va devenir de plus en plus courant à Casablanca. Le défi des architectes est de réussir le pari d’offrir du confort à des résidents qui vont passer une grande partie de leur temps, perchés à plus de 50 mètres du sol.

D’un point de vue purement esthétique et architectural, les tours sont de belles pièces urbaines. Qu’elles soient longues et vitrées, ou rondes et fleuries, elles sont considérées comme des symboles de modernité et fascinent ceux qui passent à leur pied ou les aperçoivent de loin.